Mise en place et formation des Comités des SCAP RU dans la zone d’intervention du PRAPS-Mali.

En vue d’améliorer l’alerte précoce et la réponse aux situations de crises pastorales, le Système d’Alerte Précoce (SAP-Mali), avec l’appui du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) -Mali a procédé à la mise en place des comités des Systèmes Communautaires d’Alerte Précoce-Réponse aux Urgences (SCAP-RU) dans la zone d’intervention du projet. Cette activité a démarré en 2017 avec la mise en place et la formations de 30 comités dans les localités de Gogui, Gavinané, Korérea koré, Baniere koré et Trougoumbé (Cercle de Nioro du Sahel) ; Fallou, Goumbou , Guiré, Allahina et Dabo (Cercle de Nara) ; Mane, Keré Coura, Promou, Bankouma peulh et Sienkoun (cercle de Tominian) ; Yorosso, Kiffosso 1, Boura, Koumbia, Menamba (cercle de Yorosso ) ; Gomitogo, Senossa (Cercle de Djenné) ; Koporo Na, Koporo Pen, Pel Maoude (Cercle de Koro) ;  Bourem Foghas, Baria, Gongoro, Wani et Dana (cercle de Bourem).

Ces comités SCAP-RU communément appelés « SAP villageois » ont comme mission de collecter  des informations sur les  conditions de vie dans leurs communautés en général et sur  le pastoralisme en particulier et de remonter ces informations aux commissions classiques du Système d’Alerte Précoce (SAP).

Ainsi du 21 mars au 05 avril 2018, la mise en place de ces comités démarrée en  2017 s’est poursuivie dans les régions de Kayes (dans le cercle de Diéma, commune de Béma), Koulikoro (dans le cercle de Kolokani, commune de Tiérobougou1, Sagabala,  Didiéni, Mansantola),  Sikasso (dans les cercles de Koutiala et Yorosso dans les communes de Zangasso, N'Golognanasso Ourikila Koury), Ségou ( dans le cercle de Niono  dans les communes de Diabaly, Sokolo Toridaga-Kô ),  Mopti (dans les cercles de Mopti et de Bankass dans les communes de Konna, Bimbal Habe, Bankass, Kani Bozon) , Tombouctou ( dans les cercles de Gourma Rharous et de Goundam dans les communes de Bambara Maoude et de Tonka ) et  Gao ( dans le cercle de Bourem dans les communes de Taboye et de Bourem) pour un total de 40 villages.

Cette mise en place des SCAP-RU a été réalisée dans les localités concernées à  travers des missions composées du Coordinateur Régional du SAP, du Directeur Régional des Productions et des Industries Animales, du Chef de Service Local des Productions et des Industries, du Chef du Service Local Vétérinaire. Les  Préfets, les  Maires, les autorités traditionnelles et les Représentants des populations locales  ont également pris part à ces rencontres dont  l’objectif global est de mettre en place 40 SCAP RU soit 01 SCAP RU par village retenu. Plus spécifiquement il s’agit de mettre un dispositif de collecte des données SAP au niveau communautaire (décentralisé) à travers ces SCAP RU, de doter les SCAP- RU de moyens de collecte de données et de redynamiser  les SCAP RU existants.

A cours des assemblées villageoises de mise en place des  comités SCAP RU, il y’a eu au également des brèves présentations sur le SAP classique (création, historique, missions, processus de remontée de l’information), le PRAPS- Mali, les  comités SCAP-RU (justification /contexte, missions), le lien  entre les commissions SAP classiques et les comités SCAP-RU, la technique de  collecte de données primaires relatives aux conditions de vie des ménages des communautés. A cet effet, les équipes de mission ont procédé à titre d’exemple pratique à la  collecte de quelques données structurelles sur la vie des communautés afin de mieux appréhender l’aspect pastoralisme dans le milieu. IL s’agit entre autres des données sur les principales activités, les principales sources de revenus, les principaux marchés fréquentés par les ménages et les habitudes alimentaires.

Les  comités de SCAP RU  mis en place dans les différents villages , ils sont composés de 11 membres dont : (i) le Président /Chef du village concerné, (ii) le Secrétaire, (iii) le Représentant de l’Elevage, (iv) le Représentant de l’Agriculture,  (v) le Représentant de la Pêche, (vi) le Représentant des Marchands de bétail, (vii) le Représentant de l’Environnement, (viii) le Représentant des vaccinateurs villageois, (ix) l’Agent de Santé Communautaire, (x) la Présidente des Femmes, (xi) le Président des Jeunes

Les communautés concernées ont hautement apprécié  la démarche du SAP et de son partenaire PRAPS-ML par rapport à leur implication dans la collecte et la remontée des données sur leurs conditions de vies en général et sur le pastoralisme en particulier vers les instances de décision.  Elles ont affirmé leurs totale adhésion à  cette dynamique, toutes choses qui selon elles, leur permettront de s’approprier des outils d’alerte précoce.

Quant aux autorités administratives et politiques (les Préfets, Sous-préfets et Maires), elles se sont dites très satisfaites de cette initiative du SAP et du PRAPS-Mali qui consiste à responsabiliser les communautés à la base dans la collecte et la remontée des  données  relatives à leurs conditions de vie.

Immédiatement après la mise en place des comités SCAP RU,  le SAP avec l’appui du PRAPS-Mali a procédé à la formation des membres de ces comités dans les cercles concernés (Diéma, Kolokani, KOUTIALA, YOROSSO, Niono, Mopti, Bankass, Bourem, Gourma Rharous, Goundam), soit un total de  280 personnes formées.

Les principaux thèmes abordés lors ces formation sont  les concepts et piliers de la sécurité  les fiches de collecte SCAP RU, le  dispositif de remontée des données et également des présentations sur les SAP, le PRAPS-Mali, les SCAP RU…

Dans toutes les localités concernées, les formations ont été présidées par les sous-préfets et ont duré deux jours.

Au total en 2017 et 2018, la SAP avec l’appui du PRAPS-Mali a mis en place 70 SCAP-RU et formé 430 membres.