Concertations régionales pour une transhumance apaisée au Mali

 

Après les régions de Sikasso, Kayes et Ségou du 12 au 15 mars 2018,  ce sont les régions de Mopti et Koulikoro qui ont tenu leurs concertations régionales du 27 au 30 mars 2018. Les concertations des régions de Tombouctou, Taoudénit, Gao, Ménaka et Kidal sont programmées pour le mois d’avril 2018.

Au Mali, l'élevage est de type extensif basé sur l'exploitation des ressources naturelles. Les pratiques traditionnelles ne permettent plus de répondre efficacement aux problèmes d'alimentation et d'abreuvement des animaux. L'amplitude des mouvements de transhumance des pasteurs est devenue plus importante et les séjours dans les zones d'accueil deviennent de plus en plus longs. Ce qui fait qu'aujourd'hui que les zones d'accueil de la transhumance sont caractérisées par une pression foncière agricole due à la croissance démographique humaine et animale. Dès lors l'insertion des troupeaux transhumants dans les zones d'accueil est à l'origine de multiples conflits entre les éleveurs transhumants et les populations sédentaires. La persistance de ces conflits est en grande partie due à la méconnaissance et/ou la non application des réglementations nationales et sous régionales sur la transhumance.
Pour une solution durable, il s’est avéré  souhaitable de s'appuyer sur l'information et la formation des différents acteurs sur ces textes et lois.
C'est dans ce contexte que les réseaux des organisations pastorales et agro pastorales en collaboration avec les chambres régionales d'agriculture et les services techniques de l’état en charge de l’Elevage notamment les services des Productions et des Industries animales et les services de santé animale ont initié l'organisation des journées de concertation sur la transhumance apaisée dans toutes les régions du Mali.

L'objectif général de ces concertations est de contribuer à réduire les conflits liés à l'exploitation des ressources naturelles pour une transhumance apaisée à travers l'information et la sensibilisation des acteurs intervenant dans la gestion de la mobilité pastorale.

Pour une meilleure sécurisation de la transhumance et de l'accès aux ressources pastorales, le PRAPS-MALI s'est engagé à appuyer l'organisation de ces journées de concertations.

A ces  concertations qui se tiennent dans les chefs lieu de région,  prennent part des représentants de tous les  cercles des régions concernées.

Les missions nationales sont conduites par les directions nationales des productions et des industries animales (DNPIA) et les directions nationales des services vétérinaires (DNSV).

Ainsi,  placées sous la présidence des gouverneurs des régions, ces rencontres accueillent tous les acteurs impliqués dans la transhumance et dans la gestion des ressources naturelles notamment les autorités administratives et politiques, les services techniques spécialisés de l'état, les représentants du secteur privé, les organisations d'agriculteurs, de pasteurs et agro pasteurs, les représentants des organisations de femmes et de jeunes. Environ 60 participants par région.

Dans toutes les régions, Ces rencontres se sont déroulées sous forme de présentations thématiques en plénière suivies de séries de questions réponses et des travaux de groupe. Les présentations thématiques ont été assurées par les experts du PRAPS-Mali, les Directeurs régionaux de production et des industries animales, les directeurs régionaux des services vétérinaires, et des personnes ressources (consultants)  

Les  principaux thèmes abordés sont : (i)  le PRAPS-Mali (objectifs, composantes, bénéficiaires, resultats attendus, sites des aménagements et infrastructures, l’Etat d’exécution des travaux des aménagements et infrastructures), (ii) les textes régissant la transhumance (le décret d’application de la charte pastorale, le décret sur les modalités de la transhumance au Mali, la décision relative à la réglementation de la transhumance entre les Etats membres de la CEDEAO), (iii)  les textes régissant la transhumance transfrontalière (l’accord entre le Gouvernement de la République du Mali et celui du Burkina Faso sur la transhumance, l’accord révisé sur la transhumance entre le Mali et la Mauritanie, le décret portant création des Comités National et Préfectoraux de Transhumance en République Togolaise, l’Arrêté portant fonctionnement des comités National et Préfectoraux de Transhumance en République Togolaise, (iv) la  Communication sur les chiffres de mouvements des transhumants, les zones d’accueil, les sorties des frontières, le Certificat International de Transhumance (CIT) ( le nombre de CIT délivrés, la vaccination des troupeaux , le traitement des troupeaux).

Concernant les travaux de groupe, trois groupes ont été constitués avec des mandats distincts.

Groupe 1 avait comme mandat de :

  • Faire l’état des lieux des contraintes liées à la transhumance nationale et transfrontalière dans la région concernée ;
  • Faire des propositions de solutions aux différentes contraintes liées à la transhumance dans la région;
  • Proposer un plan d’action pour une transhumance apaisée (nationale et transfrontalière)  dans la région;

Groupe 2 avait comma mandat de :

  • Recenser les différentes pistes de transhumance de la région;
  • Recenser les projets qui interviennent dans la gestion de la transhumance dans la région (balisage de pistes et autres appuis organisationnels) ;
  • Proposer un plan d’action pour une transhumance (nationale et transfrontalière)  apaisée dans la région;

Groupe avait comme mandat de :

  • Faire des propositions pour la sécurisation des infrastructures à réaliser par le PRAPS Mali dans ses zones d’intervention dans la région de Mopti ;
  • Proposer un plan d’action pour une transhumance apaisée (nationale et transfrontalière) dans la région;

En plus de ce mandat, tous les groupe avait come tâche commune de  Faire des recommandations en vue de l’élaboration d’un plan d’action (feuille de route) pour la mise en place du Comité National de la Transhumance (organes à mettre en place, composition des organes, fonctionnement des organes).

Les résultats des travaux des groupes ont été discutés et amandés en plénière.

A la suite des débats les principales recommandations suivantes ont été formulées de façon générale :

  • Poursuivre les aménagements pastoraux (pistes et les gîtes d’étapes, puits, etc.)  Renforcer l’information, la sensibilisation et la formation des pasteurs et les agro-pasteurs sur les textes législatifs et réglementaires ;
  • Organiser des conférences locales et régionales sur la transhumance 
  • Renforcer la préservation de l'environnement et la sauvegarde des écosystèmes pastoraux ;
  • Mettre en place un cadre de concertation au niveau communal, local et régional sur la transhumance ;
  • Mettre en place une commission régionale de réflexion sur la création du comité national de transhumance ;
  • Accélérer la mise en place du comité National de la transhumance
  • Financer des missions de terrain pour .l’évaluation de l’état des pistes de transhumance répertoriées par les différents groupes de travail.
  • Faire un schéma d’aménagement dans les communes traversées par les pistes
  • Diligenter la transcription en langues nationales et la diffusion des textes législatifs et réglementaires régissant le pastoralisme en république du Mali.